La Politique Migratoire de l’UE à l’aube du Printemps Arabe : Quelles perspectives pour les relations Euro-Méditerranéennes ?

Le déclenchement du Printemps Arabe, les troubles sociaux, les révolutions et les guerres qui s’en suivirent au cours de l’année 2011 ont obligé l’UE à reconnaître la nécessité de repenser radicalement sa politique vis-à-vis du Sud de la Méditerranée, y compris dans le cadre de la migration. Migration et mobilité figurent aujourd’hui comme des composantes clés du nouveau cadre de coopération avec la région du Haut Représentant Catherine Ashton, et l’UE a fait montre de son intention de renforcer sa politique migratoire par le biais d’accord « mutuellement bénéfiques » avec des pays tiers –les « Dialogues pour la Migration, la Mobilité et la Sécurité »- instruments désormais placés au centre de la Nouvelle Approche Globale de la Migration et de la Mobilité (GAMM). Toutefois, le succès de cette approche ainsi que son potentiel pour établir de véritables partenariats de coopération à même de favoriser une transition économique et politique en Afrique du Nord dépendent des arrangements de travail et des configurations institutionnelles qui façonnent la GAMM au niveau de l’UE, alors même que celle-ci a pendant longtemps été marquée par une fragmentation interne, un manque de transparence ainsi que par la prédominance d’acteurs de la sécurité et des affaires intérieures aux Etats Membres.

Ce rapport examine le développement des Dialogues sur la Migration, la Mobilité et la Sécurité avec le Sud de la Méditerranée dans le contexte de l’après Lisbonne et cherche à répondre à plusieurs questions. D’abord, dans quelle mesure la création d’un « Ministre des Affaires Etrangères de l’Union Européenne » incarné par la Haute Représentante Ashton et supporté par un Service Européen d’Action Extérieure, a-t-elle remédié ou au contraire renforcé les combats idéologiques et institutionnels liés à la mise en place de la GAMM ? Qui sont les principaux acteurs façonnant les Dialogues pour la Migration, la Mobilité et la Sécurité ? Qui va à l’étranger au nom de l’UE pour parler des Dialogues, et quel en est l’impact sur l’efficacité, légitimité et capacité à rendre des comptes de ces derniers ? Enfin, quel est l’impact des arrangements actuels sur les perspectives du Sud de la Méditerranée ?

Sergio Carrera est Chercheur Senior et Chef de l’Unité Justice et Affaires Intérieures du Centre for European Policy Studies (CEPS) à Bruxelles. Joanna Parkin est Chercheuse au sein de la même section. Leonard den Hertog est Doctorant Marie Curie, candidat aux universités de Cologne et d’Edimbourg (projet EXACT sur les relations extérieures de l’UE).
 

Fichier attachéTailleHitsLast download
MEDPRO TR No 15 WP9 Carrera.pdf456.56 KB8393 jours 15 heures ago
Date de publication: 
Ma, 07/08/2012
Auteur(s): 
Sergio Carrera, Leonhard den Hertog and Joanna Parkin
Institut(s): CEPS