Déterminants du Développement Financier dans le Sud de la Méditerranée

L’observation sporadique montre que les systèmes financiers du Sud et de l’Est de la Méditerranée sont incapables (ou manquent de volonté) de transformer leurs ressources en opportunités de financement pour les entreprises privées. En utilisant un échantillon pour les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée pour la période 1985-2009, cette étude évalue empiriquement les causes d’une telle performance. Les résultats montrent que des institutions légales fortes, une bonne gouvernance démocratique et la mise en place adéquate des réformes financières peuvent avoir un impact positif substantiel sur le développement financier seulement lorsque ces conditions sont réunies simultanément. Par ailleurs, l’inflation paraît avoir un impact négatif sur l’activité bancaire, mais celui-ci est moindre lorsque le compte de capital est ouvert. La croissance de l’endettement gouvernemental exerce un impact négatif sur la croissance du crédit, confirmant ainsi l’hypothèse d’éviction de la dette privée par la dette publique. Enfin, l’entrée de capitaux semble avoir avant tout un effet revenu, en augmentant les revenus et par là même l’épargne ainsi que la disponibilité de crédit.

Rym Ayadi est Chercheuse Senior au Centre for European Policy Studies (CEPS) à Bruxelles et Coordinatrice de MEDPRO ; Emrah Arbak est économiste financier à la Banque Nationale de Belgique ; Sami Ben Naceur est Professeur Associé à l’Université de Tunis et Willem Pieter de Groen est Chercheur au CEPS

Fichier attachéTailleHitsLast download
MEDPRO TR No 29 WP6 Ayadi.pdf502.34 KB6691 jour 40 min ago
Date de publication: 
Me, 27/02/2013
Auteur(s): 
Rym Ayadi, Emrah Arbak, Sami Ben Naceur, Willem Pieter De Groen
Institut(s): CEPS